Forum de l'association lalbenquoise (Lot) Cours et CAUSSE toujours. Cette association organise les 10 km du Diamant Noir à Lalbenque.
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Diagonale des Fous (La Réunion)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Chantal



Messages : 253
Date d'inscription : 22/03/2010
Age : 48
Localisation : Labastide-Marnhac

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Sam 23 Oct - 11:52

Bill a écrit:
Ton arrivée retransmise en direct sur le canal RFO depuis le stade de La Redoute, après 162 km de course éprouvante, a été époustouflante et la caméra s'est attardée sur toi et ta petite famille ! (dommage que je n'aie pas réussi à faire de snapshots de l'écran) JOYEUX ANNIVERSAIRE avec la poupée dans tes bras...
Ouiiii, c'était vraiment un très beau moment où le temps s'est arrêté pendant quelques minutes.

Comme toi Hervé j'ai cherché ce matin comment enregistrer l'arrivée de Samuel mais je n'ai pas trouvé Embarassed
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SamuelPETIT

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 13/06/2010
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Sam 23 Oct - 14:55

Ouais! et s'il n'avait pas oublié de se lever ce matin il aurait également pris le départ du semi ! Heureusement qu'il s'est oublié sur le traversin...

Bon en ce qui me concerne, ça y est c'est terminé, et comme l'on dit d'autres avant moi : "plus jamais!". Vraiment très dur, et encore on n'a eu chaud qu'un jour sur les deux... Aujourd'hui le soleil a fait du mal et puis la course 2010 était apparemment très dure, à en juger au nombre d'abandons à 14h00 : 800 (soit disant... à suivre donc). En tout cas Kilian Jornet a dit "la Réunion c'est 10 fois l'UTMB !"

Pour vous donner déjà quelques idées de mon parcours (avant la vidéo qui viendra début novembre). Parti à 22h : dès le départ, pas en forme, sur les 2 ou 3 km de plat en ville je me suis fait dépasser par de nombreux concurrents. Et puis vers 5h du matin, dans le volcan (que nous avons eu la chance de voir en éruption de nuit !), j'ai eu un déclic ; nous avions déjà fait 30km, et juste un peu plus tard j'étais classé 1100 (sur 2700). Je me suis dit que je ne pouvais pas courir vite, pas assez de forme, j'ai donc décidé de sortir mon arme favorite : la technique de descente. A chaque descente, profiter de ce que je suis un peu plus à l'aise que la moyenne pour dépasser du monde et s'est comme cela que je me suis faufilé au rang 500 puis 400 et quelques en fin de soirée. J'ai continué ainsi toute la nuit et je me suis hissé au 340e rang. Là je me suis dit que sur 60km qui restait je devait être capable d'aller chercher 41 coureurs pour passer dans les 2xx. J'étais au 90 km en 20h15. Je me suis dit qu'un chrono correct était jouable. J'ai donc couru les 2 lièvres... Dommage que la deuxième nuit j'ai été malade (gastrique et intestin) à partir de 3h. Je me suis contenté de ne pas abandonner, avant de ne plus être malade en début de journée, mais affaibli !

J'ai terminé les 163 km 9650 D+ en 41h15, au rang 230. J'en crois pas encore mes yeux, c'est bien au-delà ce que j'espérais !

En attendant un CR plus étoffé, là je vais dormir car je ne tiens plus debout !

sam


Dernière édition par SamuelPETIT le Mer 27 Oct - 3:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/samuelpetit23/
Bill

avatar

Messages : 3831
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Sam 23 Oct - 15:10

SamuelPETIT a écrit:
En attendant un CR plus étoffé, là je vais dormir car je ne tiens plus debout !
Super Sam ! Va faire une petite sieste, on te comprend ! Fais de beaux rêves (en plus de celui que tu viens de réaliser !). Tu nous as fait une course superbe ! Et avec beaucoup de courage. Chapeau !


Dernière édition par Bill le Lun 25 Oct - 14:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anne

avatar

Messages : 416
Date d'inscription : 19/04/2009
Age : 37
Localisation : CAHORS

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Sam 23 Oct - 15:54

Félicitations pour cette belle remontée! C'est des trucs de dingues quand même, j'admire ceux qui ont le courage de se lancer dans ce genre d'aventure. Les cent-bornards, les gens qui font des 24 heures, etc, quel courage!

J'aurais bien voulu voir là vidéo mais j'ai pas réussi à me connecter dessus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill

avatar

Messages : 3831
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Sam 23 Oct - 17:10

Le classement définitif des premiers du Grand Raid 2010 :

- chez les hommes :

1. le Catalan Kilian Jornet (23h17)
2. l'Héraultais Antoine Guillon (24h37)
3. le Réunionnais Thierry Técher (25h36)
4. le Varois Pascal Blanc (25h58)
5. le Népalais Dawa Sherpa (26h56)

- chez les femmes :

1. la Réunionnaise Marcelle Puy (31h48)
2. la Réunionnaise Marie-Danièle Séroc (33h04)
3. la Villeurbannaise Cathy Dubois (37h28)


2555 concurrents s'étaient présentés au départ jeudi à 22 heures. Les derniers rescapés ont jusqu'à demain (dimanche 24), 16 heures (66 heures de course) pour pouvoir franchir l'arrivée et recevoir le fameux tee-shirt jaune "j'ai survécu".




Lukas Garcia (www.clicanoo.re) a écrit:
Kilian Jornet a survolé ce Grand Raid 2010. Il a aussi marqué les esprits et gagné les coeurs.

Il est venu, il a vu, il a vaincu. Quand nous avions annoncé, en décembre 2009, sa venue à la Réunion, Kilian Jornet était encore un quasi-anonyme sous nos cieux. Et puis, la grande famille du trail réunionnais a commencé à beaucoup parler de ce Catalan phénoménal présenté comme un crack. La machine s’est emballée. À mesure que l’échéance approchait, Jornet est apparu comme l’immense favori de cette cuvée 2010. Ces derniers jours, c’est toute la Réunion qui a appris à connaître un jeune homme de bientôt 23 ans, sympa, dispo et modeste, à l’inverse d’un CV déjà long comme le bras. Accueilli comme une star lundi dernier à Gillot, l’égérie du Team Salomon a tout de suite été dans le bain. "Je ne m’attendais pas à un tel accueil. Ca fait plaisir ", nous confiait-il simplement. Depuis, il a pu gouter à la chaleur du public réunionnais. Jamais avare d’un autographe, d’un mot gentil, d’un encouragement, Kilian a séduit. L’engouement qu’il avait suscité mercredi au stade de la Redoute lors de la remise des dossards a pris une nouvelle dimension, hier, tout au long du parcours. D’abord traqué par les caméras et les appareils photos dans l’aire de départ, le jeune homme n’a pas été loin de concurrencer Marcelle Puy au sympathique jeu de l’applaudimètre.

Restait en fait le plus dur à faire : confirmer sur le terrain. "Nos sentiers sont trop techniques", pensaient les plus sceptiques, confortés par l’idée que bien des kadors venus d’Europe se sont, par le passé, cassés les dents sur le Grand Raid. Jornet ne fera pas partie de ceux là. Dès le départ de Cap Méchant, le double vainqueur de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc a été fidèle à sa ligne de conduite. Il est d’abord parti prudemment avant d’étirer un peu la foulée entre Foc-Foc et le poste du Volcan. Il aurait sans doute pu partir seul à ce moment là mais il ne l’a pas fait. Il a trouvé Hervé Giraud-Sauveur puis l’héroïque Pascal Blanc pour lui tenir compagnie. C’est dans la montée du Cap Anglais, musique à fond dans les oreilles, que Jornet est parti seul. Le début d’une immense démonstration qui a enchanté les foules pressées le long du parcours. Jamais on n’avait vu un leader de la course signer des autographes entre le Bloc et le stade de Cilaos. Et puis, comme pour mieux entretenir sa réputation, il a signé de nouveaux chronos de références sur certaines portions "historiques" du parcours : près de dix minutes de moins que Julien Chorier en 2009 pour monter le Taïbit, dix minutes de moins aussi sur le vieux record de Charles-André Fontaine pour Deux-Bras et Dos d’Ane. La très grande classe ! À vrai dire, Kilian Jornet n’a jamais couru seul. Un peu à la "Forrest Gump", il a toujours trouvé sur son chemin des passionnés, des supporters ou des curieux pour l’accompagner dans son effort. Ils voulaient voir le phénomène de près, ils l’ont vu.

Voilà des images qui entreront dans la légende de l’épreuve. Jamais un vainqueur du Grand Raid n’avait été accueilli de cette manière à la Redoute. Le bouquet final fut au niveau du champion fêté. Magique.



Epié en permanence par les hélicoptères, seul moyen de locomotion pour le suivre,
Kilian Jornet a marqué de son empreinte le cirque de Cilaos.
(Photo Patrick Georget / Le Quotidien de La Réunion)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sébastien

avatar

Messages : 283
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 45
Localisation : 188 Rue Mascoutou 46000 CAHORS

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Sam 23 Oct - 17:24

Mes respects Monsieur Samuel!!
Bravo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SamuelPETIT

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 13/06/2010
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Dim 24 Oct - 5:13

Bonjour à tous,

Hier je n'avais pas vu vos commentaires, il faut dire que j'étais légèrement fatigué et les yeux encore étoilés... en tout cas merci à tous d'avoir été à mes côtés, merci !

Oui Chantal, dis-moi en quoi je peux t'être utile...

Je vais donc essayer de vous faire vivre la course de l'intérieur, pas facile, y'a tellement de choses à dire...


Prologue

Mardi 9h45, arrivée à l'aéroport de St-Denis, après une nuit difficile dans l'avion... très peu dormi. L'aéroport est petit, ça va changer du gigantisme d'Orly. Dès la salle de récupération des bagages, on sent l'ambiance testostérone. Mais qui vois-je là ? Monsieur Sébastien Folin en personne, qui doit comprendre que je suis un raideur à la simple vue de mes chaussures ! Une petite interview sur le ton de l'humour est entamée, et puis il m'apprend quelques mots de créole, qui me serviront tout au long du raid. Super, cet imprévu donne le ton ! Les bagages récupérés, on passe dans le hall de l'aéroport, et là, Monsieur Chicaud (le président de la Diagonale) accueille en personnes les raideurs, pour les inviter à un pot d'accueil. Le ton est donné : ici c'est la chaleur de l'accueil avant la chaleur du soleil !

Mercredi après midi, à partir de 15h, c'est la récupération des dossards. 2500 personnes qui font la queue dans un stade ! Mais quelle file il faut prendre ? Ça part dans tous les sens, ça serpente, il y a plusieurs files qui vont à gauche, d'autres qui vont à droite. Je finis par comprendre qu'il y en a pour distribuer les dossards, par rangée de 100 (du 1 au 100, du 101 au 200...) ; et puis il y a ce serpentin qui rempli le reste du stade et qui permet d'accéder aux stand et aux cadeaux... Quelle organisation ! Là on voit que c'est du sérieux. Ça y est j'ai mon dossard et mon bracelet électronique, je touche enfin du doigt le départ de la course. Je rentre pour essayer de me reposer encore un peu, il va y en avoir besoin, car la nuit d'avion a laissé des traces, j'ai mal aux jambes et je suis fatigué.




Acte 1 : le départ

Jeudi la journée est exclusivement pour le départ, même si le gong retentira à 22h, il faut fignoler les derniers détails d'équipement, m'assurer que mon sac n'est pas trop chargé, passer encore 1, voire 2 couches de pommade anti-échauffement, finir de charger les piles, la batterie de l'appareil photo, le mp3... Puis boucler les sacs à déposer aux bases-vie ; préparer le gâteau sport et les pâtes à manger en fin d'après midi. Essayer de faire une sieste en début d'après midi... Mission impossible, trop énervé !

Milieu d'après-midi : il faut prendre la route, car ça bouchonne à Cap Méchant, pour accéder au stade du départ. 20h, j'accède à la zone, pour déposer mes sacs et faire contrôler mon camel-back ; vu le nombre qu'on est ça peut faire peur. En fait, ça semble fluide ! Il y a un sas qui laisse rentrer par vagues. Là je vois des pointures, comme Nicolas Darmaillac, S. Chaigneau, et Dawa Sherpa ! Youpi, au moins une fois pendant la course j'aurai pu être à leur niveau... Plus tard je ne verrai même plus leurs talons ! Le contrôle des sacs est rigoureux, il faut 2 bandes strap, un sifflet, couverture réserve d'eau et nourriture, coupe vent... Tout est ok, j'entre enfin dans l'aire de départ, un stade de castine et graviers. Ici et là des coureurs sont allongés à même le sol pour finir de se reposer. Au fond il y a un podium avec des animations musicales ; quelqu'un de bien averti m'a dit qu'il faut se mettre à proximité car c'est par là que le départ est donné (non pas que je veuille me mettre dans les premiers car je ne suivrai pas, mais au moins être bien placé car dès le départ il y a une grosse côte difficulté où ça bouchonne, donc il vaux mieux ne pas être trop loin derrière). Je m'approche donc, et je profite des animations, très sympathiques d'ailleurs ! Les coureurs s'accumulent, autour, derrière, ça se resserre, ça commence à "tasser"... La tension monte!

Et puis subitement un mouvement de foule nous presse tous vers l'avant ; ça y est on est comme des sardines ! une chanson plus tard (le refrain sonne "ils vont beaucoup courir, les raideurs, ils vont beaucoup marcher, les raideurs, ils vont beaucoup en chier, les raideurs" !). Un premier coup de feu annonce le départ, pas le temps d'attendre le 3eme, dès le 2eme les raideurs se pressent vers l'avant. YOUPI ! Même pas besoin de marcher, on est porté par la foule qui presse, j'ai l'impression de voler ! Incroyable impression! Heureusement les pieds qui portent le portique sont protégés par une mousse !

Et puis le public amassé sur les murs, les toits, les trottoirs ! Et tout du long de la traversée de la ville, sur au moins 2 km ! Superbe départ ! Malheureusement pour moi, même bien placé je vois les raideurs me dépasser, par dizaines, par centaines ! Mais impossible d'accélérer, les jambes ne répondent pas ! Que se passe-t-il ? Suis-je trop chargé ?


Acte 2 : la côte du volcan
(altitude : de 98 m à 2350 m - ce qui fait 2252 m de dénivelé d'une traite)

Après quelques centaines de mètres de piste où j'avance à train réduit (je commence à avoir peur de revoir surgir ma fatigue du mois dernier), on s'enfonce dans une foret typique. Le sentier se resserre, et ça commence à monter sévère. Les quelques 2700 coureurs qui ont pris le départ se sont étirés longuement pendant les 4 km précédents, mais il y en a beaucoup derrière et surtout beaucoup devant... Ça n'avance pas vite (ça m'arrange car j'ai pas de jambes), même parfois... souvent on s'arrête... Pourquoi ça bouchonne ? On perd du temps... Mais il faut dire que le sentier alterne entre marches naturelles parfois plus haute que ma taille, racines ou troncs à enjamber. Des passages d'escalades où il faut poser les mains pour s'aider. La pente est raide.

Un bruit... Que dis-je, un grondement se fait de plus en plus clair au fur et à mesure qu'on avance... Mais serait-ce l'éruption ? Oui, plus j'y pense et plus ça à l'air d'y ressembler. Des grondements sourds et parfois comme une explosion.

Enfin on sort de ce sentier, ça s'éclaircit et on peut voir une auréole rougeâtre dans le brouillard naissant... Ça doit être la lave... La forêt s'est éclaircie et a laissé la place au vent, et maintenant il fait très froid (3°C). Le haut chaud et le coupe-vent épais ne sont pas suffisants ! Je suis frigorifié, et les mains gelées ! Je pense alors à ceux qui sont partis léger (manche courte et K-way). Les buissons permettent aux raideurs déjà fatigués de s'assoir ou s'allonger... Ici, en pleine nuit, on voit des gens allongés sur le bord du sentier pour dormir !

Encore quelques minutes et on s'approche du sommet, le tracé nous rapproche de l'auréole.... Oui on va voir l'éruption. Ça y est : je découvre pour la première fois ce spectacle ! Pendant quelques centaines de mètres on peut poursuivre notre route tout en voyant la lave couler en plusieurs rivières telle une pieuvre étendrait ses tentacules, et puis surtout, un petit puits qui crache par petites explosions régulières... Trop beau ! Nous avons de la chance de pouvoir profiter de ce spectacle !





(Cliquer pour voir l'image en grand - photo (c) Luc Perrot)

Le sentier continue sa trace au travers de buissons devenus rares mais à leur proximité, un parfum se dégage... Ça ressemble à du thym... Je ne saurais pas dire.... Au loin, on voit un point lumineux... Ouf ce doit être le ravito. Enfin ! J'accélère le pas pour limiter ces minutes passées dans le froid. Au pointage, on m'annonce ma place (je suis agréablement surpris : 1266eme alors que je croyais avoir perdu beaucoup au début) et surtout qu'on a déjà fait 30km... enfin déjà... ça fait 7h11 qu'on est parti... mais je n'ai pas vu le temps passer. Ça me remonte le moral.



Acte 3 : Plaine des Sables

L'annonce du km et du classement m'a mis un électrochoc, je décide alors de partir à la conquête de quelques places, en ne perdant pas de temps au ravito. Et puis il fait tellement froid que je ne peux pas rester inactif. J'ai du mal à bouger mes doigts ! Alors le vent sur la transpiration... frigorifiant ! Je prend quand même à manger et à boire (surprise agréable, le ravito est bien fourni et bon, ça fait plaisir). Je repars rapidement, en trottinant. Tiens ! Sur le plat ça va, je me sens bien... Je dépasse quelques coureurs, sans toutefois faire trop d'effort. Je me contiens car je sais que la route est encore longue. J'essaie de maintenir un rythme régulier... Ça a l'air de marcher.


Je traverse la plaine (un endroit désertique, lunaire, à la lueur de la pleine lune et du jour naissant... magnifique ! Et puis on arrive face à un mur... ils vont pas nous faire grimper ça ?
Si si, c'est possible... Même quand ça a l'air vertical, c'est possible. Derrière, première descente sérieuse... ouf mon terrain de prédilection. Je vais pouvoir en profiter pour gagner des places et récupérer un peu. Descente jusqu'au col de Bégourd, 54 km...




Acte 4 : le Piton des neiges (1500 m D+)

Avant même d'entamer l'ascension du PdN une portion nouvelle, Bellouve, alternant portions courtes ascendantes et montantes dans une forêt presque vierge, dense, magnifique mais de pratique délicate. D'autant plus qu'il a plu un peu et que la boue se fait notre ennemi sur les racines et les pierres qui jonchent le sol ! Ça n'avance pas, on est à la queue, pas facile de dépasser. Et le relief qui broie les jambes... on n'en voit plus le bout. Parfois la forêt s'éclaircit, on se dit ça y est c'est fini, parfois elle s'obscurcit et même obstrue la ciel tellement elle est dense !







Après cette portion qui laissera des traces dans tous les organismes, un petit passage sur le bitume... Ouf ! Même si c'est pas terrible je crois qu'on apprécie ce moment de répit ! J'essaie de trottiner à nouveau sur les portions de faux-plat mais je ressens un coup de moins bien.. Je bois et je mange un peu en espérant que ça va revenir et puis je relance. Une portion de descente également vers Hell-Bourg, j'apprécie !


Et puis il faut attaquer cette côte du Cap Anglais qui est décrite comme redoutable, surtout si on a laissé des forces à Bellouve. Allez, le moral est là donc ça va passer !


A l'attaque ! Déjà le ton est donné, sentier très technique, étroit, très raide, des pierres, des racines des marches...




Et la pluie qui s'invite ! Une bonne averse... Aïe ! Ça devient glissant et dangereux, parfois les passages d'escalades sont difficiles à franchir. Heureusement j'ai choisi la bonne paire de chaussures. Elles ont un peu de grip, et puis le poncho me gène pour les franchissements. Heureusement l'averse ne dure pas trop longtemps, mais le mal est fait, il va falloir resté concentré jusqu'en haut. L'ascension est longue, mais vers le haut la nature change et devient moins extrême ! Le sentier reprend un peu forme, je sais que le dernier quart de la côte est moins difficile, ce doit être ça... Ouf ! Les jambes souffrent, on avance tous au petit pas ! On continue de franchir tous ces cailloux, mais on ne voit pas le bout de col !


La configuration change à nouveau, la forêt s'éclaircit, mais il reste encore à monter. Ça veut dire que la portion d'avant n'était pas celle que je croyais... J'espère que c'est celle-ci !






Et puis subitement au loin on aperçoit ce qui ressemble à un gîte, ce doit être le gîte du Piton des Neiges ! J'accélère comme boosté par l'odeur de l'avoine ! Je dépasse quelques concurrents histoire de gagner quelques places... pour la forme... et pour la motivation. Attention toutefois de ne pas trébucher sur les rochers, parfois instables, parfois glissants ! Allez je mets un dernier coup d'accélérateur et je rejoins le gîte.

766ème !!! Ouahhh, je n'avais pas l'impression d'avoir dépassé tant de personnes ! Alors là c'est l'excitation. J'entrevois la possibilité de taquiner les 500emes... Inespéré ! Je me ravitaille rapidement, je me déleste de mes gels utilisés et de mon poncho trempé et terreux. Je resserre mon sac et c'est parti pour une descente vers Cilaos ! Je vais en profiter pour essayer de gagner des places dans la portion qui m'est favorable. Il est presque 19h et j'aimerais bien faire la descente de jour, alors je me presse !


La descente est technique (je me répète ?), des marches naturelles, des marches faites avec des contreforts en bois calés par des pieux en ferrailles ou en bois qui dépassent (attention de ne pas butter le pied sinon c'est la chue assurée !), des racines, de la terre poudreuse... Un parfait cocktail pour glisser, se tordre une cheville... J'essaie de rester concentré tout en dépassant les concurrents que je parviens à rejoindre. Je remercie tous ceux qui se serrent à l'écoute de mes pas pressants lorsque j'arrive à leur niveau, et je fonce. Je coupe à la corde, parfois sur des rochers étroits, je saute de rocher en rocher plutôt que de chercher des points d'appui "terriens" improbables dans ces sentiers, je sens mes plante de pieds qui chauffent à chaque réception.


Dans les lacets qui descendent vers Cilaos, je peux voir parfois le prochain concurrent un peu plus bas, alors j'accélère comme aspiré par ses pas ! Ça marche, j'ai l'impression de gagner pas mal de places, j'ai conscience des risques que je prends mais à la fois je suis tout excité. J'espère simplement que je ne vais pas payer cet effort ! Sorti des sentiers, une portion de route pour rejoindre le stade, pas marrant pour les pieds, et puis ça casse le rythme, alors j'essaie de relancer un peu, au petit trot. On voit le stade au loin, quelques personnes dans les rues pour nous applaudir, ça réchauffe !


Acte 5 : Cilaos

Première base-vie. J'arrive juste avant la tombée de la nuit. Bonne surprise, ma tactique de la descente fonctionne, 642eme je suis content pourvu que ça continue ! Je voulais juste manger, mais le temps de changer de chaussette, de récupérer mon sac et de le rendre, petite pose technique, les toilettes que je ne trouve pas, un appel téléphonique à la famille pour donner des nouvelles... 1h15... c'est trop long. J'ai perdu du temps. Je ne devais pas rester plus de 30 minutes. Mince ! Une partie de l'effort pour rien. Je me presse, mais trop... Dans l'empressement je ferme mal ma poche à eau, qui se vide dans mon sac... Youpi ! Je vais avoir le dos au frais ! quel c... !

Je repars donc avec mon coupe-vent enroulé à la taille pour éviter de garder l'humidité sur les reins, même si je n'aime pas être équipé ainsi. De toute façon la côte qui nous attend va me réchauffer, vue le mur qui nous tend les bras et qu'on distingue dans la nuit éclairée d'une magnifique pleine lune ! On voit tout là-haut les frontales qui serpentent. Ils ont bien de la chance ceux-là d'être déjà presque en haut !


Acte 6 : le Taïbit


Avant l'ascension proprement dite, un petit détour par le fond de vallée au bord de la cascade. Mais pourquoi descendre quand il y a déjà tant à monter ! En effet, de Cilaos on voit le Taïbit, énorme ! Alors pourquoi en rajouter ? Pas bon pour le moral de s'éloigner ainsi du but avant d'y revenir... Mais bon, c'est le jeu alors on fonce vers cette cascade qui nous guide pas le ronronnement de l'eau qui raisonne entre les montagnes. Une fois rejoint le ruisseau qu'il faut traverser, on remonte. Ouille les guiboles ! Puis on redescend. NON ! ça va pas recommencer ! Et on remonte, et on redescend... J'ai l'impression de faire l'ascenseur ! Enfin une dernière remontée vers la route que nous avions quittée pour rejoindre la cascade, un ravito avant d'attaquer la Taïbit ! Je me presse comme pour essayer de regagner les places que j'ai dû perdre à Cilaos. Je demande ma place, surprise ! J'ai encore gagné des rangs : 517eme ! Beaucoup ont dû s'arrêter longuement à Cilaos. C'est tout bon pour moi, ce coup-ci, c'est sûr : rentrer dans les 500 premiers est à ma portée... sauf coup dur ! Je bois un café et un thé pour repousser le sommeil, j'ajuste le niveau d'eau du camel-back, et c'est reparti !


Acte 7 : 2eme nuit (800 m D+)

L'ascension est comme les précédentes, dure et technique. Et même si dans l'absolu elle est moins longue, après 97 km les jambes sont un peu lourdes, alors on trouve le temps long !
Je monte à un rythme régulier, je rejoins quelques coureurs, à chaque fois reboosté !
La portion descendante qui suit est l'occasion à nouveau de gagner quelques places : à Marla, 438eme ! Ça y est c'est fait, j'ai atteint mon objectif, il faut que je maintienne ! Encore du café, du thé et je vole vers le prochain ravito. J'ai l'impression d'avaler les sentiers, y'a quelques chose de pas normal, je vais sûrement payer plus tard !


Trois Roches puis Roche plate, 369eme. Alors là c'est carrément le pied, le rêve. A chaque annonce de classement, je prend comme une piqûre de boostant. Je repars comme anesthésié, pas de douleur insupportable (j'ai quand même des ampoules sous les plantes des pieds, 2 orteils qui ont tapé plusieurs fois, je sens l'ongle prêt à tomber, un genoux douloureux une tendinite probablement comme à mon habitude à cause du bassin qui se décale... Mais c'est comme si je ne sentais rien... Ahhhh l'endorphine ! Quel pied ! Et puis au ravito des Orangers, je "badge" et là... "JOYEUX ANNIVERSAIRE !" repris en coeur par les bénévoles et les coureurs présents... Ça fait chaud au coeur ! Et ma place, leur demande-je : 327 !!!! Non c'est incroyable... Je me prends à rêver d'un classement en dessous de 300. Oui 27 places ce doit être faisable. Allez je ne traîne pas. Je reprends un café, un thé pour lutter contre le sommeil, et je repars au trot !

Subitement, à 3 heures, je ressens un mal d'estomac et d'intestin... Aïe ! La tuile ! Alors que tout allait bien. Je me sens faible comme lors d'une gastro... Je n'ai plus de jambe, je vois mal la suite. je n'arrive plus à manger et à boire. Je décide d'attendre un peu avant de prendre une décision douloureuse, mais je ne peux plus avancer. Les larmes m'envahissent. Alors pour ne pas sombrer, je me raccroche à un couple qui n'avance pas très vite, ça me permet de maintenir un pied dans la course. Là le moral est touché je vois mon rêve partir en fumée ! Alors pour ne pas sombrer, je pense à ma fille et ma femme qui m'ont accompagné ici et m'ont soutenu dans ma prépa, et à JP qui m'a fait découvrir la course il y a 2 ans et qui je sais me suit de près sur cette aventure qu'il a lui même terminée, 496eme, en 2008.

Là les côtes comme les descentes sont un enfer, je cherche au loin la lueur du prochain ravito où je pourrai m'arrêter pour réfléchir, mais la nuit est désespérément noire ! J'ai pris 2 pastilles pour les problèmes intestinaux, alors je patiente, je patiente, j'espère que ça va faire effet...


Acte 8 : début de 2eme journée : Rivière des galets - Deux Bras, 127eme km

Arrivé au ravito, je titube, je fonce vers le point infirmerie, on m'aide à m'asseoir. Un traitement pour l'estomac, un gâteau de riz pour caler. Je pense avoir perdu pas mal de place, alors pour connaître les dégâts, je demande ma place : 298eme !!!!! Mais que se passe-t-il ? Probablement pas mal d'abandons ou des coureurs qui s'arrêtent pour dormir... C'est un coup de fouet ! Je me relève, en me disant qu'il ne reste que 35 km... Je repars doucement, mais motivé pour en finir. Je sais que la côte qui suit sera difficile pour moi, mais je m'accroche... 750m de D+.




Le jour se lève et la sortie du cirque est magnifique, par contre le ciel est dégagé, il va donc falloir faire avec la chaleur... pour moi un ennemi juré ! Mais j'ai encore quelques heures avant ce nouveau duel ! Ascension au rythme régulier, je prends quelques photos pour récupérer un peu et garder des souvenirs, et je garde en tête l'image de l'arrivée pour me tirer vers l'avant. Je me lance dans des calculs savants pour imaginer mon heure d'arrivée... Là où j'en suis, la distance qui reste, le profil qui reste, la chaleur qui arrive... trop d'inconnues pour cette équation. En haut, je fais le point au ravito, ça va un peu mieux et d'apercevoir l'océan et au loin La Possession me donne un peu le moral. Je remplis mon camel-back avec de l'eau uniquement, y'a plus que ça qui passe, et je me lance dans la descente vers La Possession, me disant que c'est la dernière ligne droite. Mais à chaque fois qu'on fait une descente avec le point d'arrivée en ligne de mire, c'est long, c'est très long.


Enfin entré dans la ville, une portion de virages sur bitume. Le stade ne doit pas être loin et pourtant je ne le vois toujours pas, alors je demande... "Ouh-la-la, c'est encore loin !"... et on prend un sentier dans la forêt qui nous éloigne de la bonne direction... Mince un détour ! Une "petite" côte supplémentaire. Tiens je ne l'avais pas remarquée sur le roadbook... mais je la sens bien passer... Aïe aïe aïe ! La descente vers le stade fait mal, je commence à ne plus aimer ce jeu !




Acte 9 : La Possession - Grande Chaloupe

La chaleur s'est installée. Je souffre. J'ai horreur de la chaleur ! Je m'hydrate bien mais je surchauffe. Alors je me mouille je me mouille... mais dur dur ! Je suis obligé de m'arrêter à plusieurs reprises car j'ai la tête qui tourne. Et puis cette côte de galets est terrible en plein soleil.


Je croise des promeneurs qui me proposent de l'eau de leur réserve. Ouf ! Je n'en avais plus. Ça me pousse un peu plus loin. Je laisse filer des concurrents qui me dépassent. Mince ! Je perds des places... Allez, encore un peu de courage ! Je me répète "je suis un warrior" comme pour essayer de me transcender... Mais là, le soleil c'est plus fort que moi.

Une petite descente me donne de l'air, en bas le ravito de Grande Chaloupe. J'arrive en titubant. Les bénévoles me tiennent par le bras le temps que je récupère l'équilibre. Je sens mes yeux qui commencent à rouler, je frôle le malaise... Vite de l'eau sur la tête ! Je me fais arroser copieusement et je repars à l'assaut. Je vais l'avoir ce raid ! Je prend quand même une bouteille auprès des bénévoles histoire d'avoir une réserve supplémentaire.


Acte final : Le Colorado - La Redoute

La dernière ascension et c'est la quille ! Mais le soleil me pique, je pars doucement. je m'arrose régulièrement mais l'eau devient chaude. Je croise des supporters de raiders qui m'aident à m'asseoir à l'abri de leur parasol, ça fait du bien. Ils m'offrent de l'eau fraiche, avec des glaçons. Hum que c'est bon ! Ils m'arrosent le cou et la tête, ça me remet les idées en place, je repars. Depuis quelques km je fais le yoyo avec quelques concurrents qui me dépassent et que je dépasse à mon tour. Alors je dois tenir !

Rejoignant un coureur à l'agonie, prêt à abandonner tellement il est vidé sous cette chaleur, je lui propose de mon eau sur la tête, qu'il accepte volontiers. "Allez, il ne reste que 10 km tu ne vas pas abandonner maintenant !"... et je lui colle une claque sur l'épaule comme pour lui provoquer une réaction d'adrénaline. Je repars. J'espère qu'il aura terminé ! Un peu plus loin, un autre coureur à la peine, sans eau non plus. Je l'arrose avec ma bouteille, il me remercie et on repart. Un peu plus loin, comme gêné d'avoir plus de réserve d'eau que lui, je lui laisse ma bouteille, pensant que le col est proche... pas si proche que ça en fait !

La dernière ascension semble interminable, mais on voit le Colorado au loin, on pense tirer tout droit... Et non ! Un petit détour par une forêt. Je suis vraiment épuisé. Mais ce sont les nerfs qui me tiennent. Je touche du doigt le rêve, je tire dans les réserves, je vois le Colorado se rapprocher. Ça y est, je reprends le trot. L'émotion m'envahit, je sais que le plus dur est fait, la descente sera une formalité... Attention à la blessure quand même !

Je m'arrête à peine au ravito, je veux rejoindre ceux qui m'ont distancé juste avant. Je prends juste le temps de ranger correctement mon sac pour qu'il ne me gène pas dans la descente. Et allez, c'est parti ! A l'assaut ! Les douleurs aux pieds sont aiguës, le genou me fait "couiner", mais je serre les dents, car je veux écourter le calvaire. Je rejoins un à un les raideurs qui m'avaient distancé, puis même 2 ou 3 nouveaux. Top ! Je gagne à nouveau des places !


Je commence à apercevoir le stade de La Redoute, là-bas, en bas ! Il parait si loin. La descente est très technique, voire dangereuse avec le niveau de fatigue, la pente est raide ! Ça tape dans les pieds et le genou, parfois je suis obligé de me retenir après les arbres tellement la pente est raide, parfois je dois poser les mains au sol pour descendre les marches


... et puis à force de lacets, enfin je rejoins la route. Je vérifie si j'ai toujours mon dossard, mon bracelet, je prépare mon appareil photo pour filmer l'entrée dans le stade. Ce qui m'envahit est intense, à ce moment tu ne sens plus rien, plus aucune douleur, juste un intense bonheur, de la joie, le plaisir d'être applaudi, d'être accueilli par la foule pour qui c'est la fête !

Je reprends le trot pour entrer dans le stade, le regard porté vers la ligne d'arrivée où doivent m'attendre ma femme et ma fille... Oui mes chéries je l'ai fait ! J'ai terminé ce raid ! Je franchis la ligne, on m'annonce ma place : 238eme (230eme au classement définitif) ! Je n'y crois pas, et puis les bénévoles se jettent autour de moi, me remettent la médaille, le tee-shirt "j'ai survécu", et puis... "JOYEUX ANNIVERSAIRE" repris en coeur !!!! C'est trop cette ambiance et le bonheur d'avoir fini après toutes ces souffrances font naître quelques larmes que la pudeur me fait contenir, mais c'est avec les yeux pleins de larmes et d'étoiles que j'embrasse ma femme et ma fille.

Merci à elles. Merci à JP qui m'a fait découvrir le trail et m'a donné des conseils. Merci à tous ceux qui m'en ont donnés.

Voilà je pense avoir été aussi précis et sincère que possible sur ce que j'ai vécu au travers de ce Grand Raid 2010. Une course très difficile, très technique, très exigeante, mais magnifique, hors du commun ! Et une organisation formidable ainsi qu'une population chaleureuse. Pas un moment on ne s'ennuie !

Mon seul regret sur cette course : avoir perdu bêtement plus de 3/4 d'heure à Cilaos. Et puis aussi d'avoir été malade la 2eme nuit (mais ça, ça fait partie de la course n'est-ce pas ?).





Epilogue

A retenir : la beauté des images magnifiques qu'on peut voir à la télé est en fait inférieure à la réalité; on en prend plein les mirettes ! Et encore on manque des choses la nuit.

Jamais vu ailleurs : ici quand un raideur est fatigué, la nuit, il s'allonge en bord de sentier ou au milieu des buissons pour se protéger du vent. A même le sol pour dormir !!!

Ici l'expression "prendre un mur" épouse son sens littéral : les montagnes se dressent tel un mur, on se dit qu'on va la contourner parce que ce n'est pas possible de la monter... et il y a toujours un sentier qui invente une voie improbable pour gravir la verticale !

A féliciter : les bénévoles qui sont formidables et exemplaires (plus de bénévoles que de places disponibles), et puis la population qui fait de cet évènement une fête tout au long du parcours, à toute heure du jour et de la nuit, et qui se massent sur le bord des routes pour nous applaudir !

A imiter : les pompiers raid aventure, qui ont fait don d'eux-même pour faire vivre cette aventure à des enfants handicapés emmenés sur des joëlettes (voir vidéo n° 3). un vrai défi, une vrai performance de terminer cette course dans les temps, sur un terrain accidenté, en ayant une carriole à tirer, pousser ou porter... mais un total don de soi et une vraie leçon d'abnégation quand on voit le bonheur dans les yeux de ses enfants ! trop beau !

A respecter : le doyen (71 ans) qui termine la course juste dans les délais, accompagné du premier (Kilian Jornet). Respect pour cette leçon d'endurance, respect pour cette tradition qui nous rappelle que l'important est de participer.


Dernière édition par SamuelPETIT le Sam 13 Nov - 7:09, édité 25 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/samuelpetit23/
jérome S

avatar

Messages : 339
Date d'inscription : 05/05/2009
Age : 39
Localisation : cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Dim 24 Oct - 5:25

BRAVO Samuel !!!

C'est une course unique, tu as du prendre ton pied !!!

A bientot. Jéjé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill

avatar

Messages : 3831
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Dim 24 Oct - 20:41

SamuelPETIT a écrit:
...et puis la course 2010 était apparemment très dure, à en juger au nombre d'abandons à 14h00 : 800 (soit disant... à suivre donc). En tout cas Kilian Jornet a dit "la Réunion c'est 10 fois l'UTMB !"
A lire sur ce sujet : Les causes de l’hécatombe

PS : n'oubliez pas de lire (ou de relire) le CR de Samuel ci-dessus (qu'il est en train de rédiger au fur-et-à-mesure).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chantal



Messages : 253
Date d'inscription : 22/03/2010
Age : 48
Localisation : Labastide-Marnhac

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Lun 25 Oct - 8:23

SamuelPETIT a écrit:
Oui Chantal, dis-moi en quoi je peux t'être utile...
Je vais donc essayer de vous faire vivre la course de l'intérieur, pas facile, y'a tellement de choses à dire...
Non Samuel, je n'ai besoin de rien, c'était juste une blagounette Embarassed Wink

Merci de prendre le temps de nous faire partager ta course et de rédiger un CR.
C'est super intéressant de découvrir ce que tu as vécu, comment tu as géré... Ton arrivée en direct a été vraiment très émouvante, c'était très chouet à vivre. Tu n'as pas entendu de là-bas mais on t'a applaudi depuis la maison geek C'était comme si on y était, la chaleur en moins Wink

Un 100km ou un 24h, ce n'est vraiment rien à côté de ce que tu as fait. Il y a des ravitos tout le temps, c'est confortable, le sol est lisse, on peut avoir une assistance, il suffit de mettre un pied devant l'autre, il n'y a rien de technique... et surtout on n'a pas à porter en plus un sac sur le dos. Non, vraiment, ça n'a rien à voir en terme de difficulté.
Et en plus, tu as fait un super chrono et un beau classement...
Tu as vraiment réalisé un exploit sportif !!cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kujas

avatar

Messages : 698
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 40
Localisation : Divona Cadurcorum

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Lun 25 Oct - 8:36

Ce CR est un superbe cadeau que tu nous fais Samuel. J'ai la chair de poule en te lisant. On sent à quel point tu es allé chercher au fond de toi-même, c'est une belle leçon de courage et d'abnégation. J'ai un profond respect pour ce que tu as accompli.

Je dis MONSIEUR Samuel cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SamuelPETIT

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 13/06/2010
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Lun 25 Oct - 17:24

Merci à vous pour vos commentaires !

Il faut tout de même rester modeste sur la perf ! J'ai juste mis 18h de plus que le vainqueur... Certes, il est d'une autre planète.

J'ai effectivement été chercher au fond de moi pour finir la course, parce que c'est aussi le principe de l'ultra, et puis aussi par respect des concessions nécessaires au plan familial pour la préparation, et il est vrai que voir le classement m'a aussi aider à tenir.

Mon objectif était de terminer, c'est accompli. Et j'en suis d'autant plus heureux que c'était une édition difficile.

Chantal : excuse-moi de n'avoir pas percuté (c'était pourtant d'une évidence), mais mes neurones ne sont pas encore tous connectés, j'ai accumulé une certaine fatigue, voir une fatigue certaine ! Je crois qu'il va me falloir quelques temps de repos pour tout remettre en ordre.

A bientôt pour les photos et la vidéo !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/samuelpetit23/
Bill

avatar

Messages : 3831
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Lun 25 Oct - 17:55


Pour revoir l'émission "Sports Réunion" (RFO) du dimanche 24 octobre consacrée au Grand Raid 2010 (fichier vidéo au format FLV de 76,4 Mo à télécharger) :

http://rfo.walali.org/seyretfiles/uploads/videos/sportreu24102010.flv

(ou en ligne : http://rfo.walali.org/index.php?option=com_seyret&Itemid=50&task=videodirectlink&id=2393)


Et puis il y a tous les autres...



Jusqu'au bout...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill

avatar

Messages : 3831
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Lun 25 Oct - 19:48

Je crois que Samuel a (presque) fini d'écrire son roman de fou (page précédente) ! affraid Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bill

avatar

Messages : 3831
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Mar 26 Oct - 6:39

Super photos illustrant le CR de Samuel... qui donnent une idée de la difficulté du parcours ! Magnifiques paysages aussi ! (je me suis permis de rajouter quelques autres photos de presse pour illustrer, mais je laisse à Samuel le choix de les laisser ou pas).

D'autres images : http://www.lequotidien.re/gallery.php?Id=141379

A voir aussi : http://feeld.over-blog.com/article-le-grand-raid-2010-59413324.html

Et enfin l'interview de Kilian Jornet "Dès que je peux je reviendrai ici" : http://www.linfo.re/-Sports-/Kilian-Jornet-des-que-je-peux-je-reviendrai-ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SamuelPETIT

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 13/06/2010
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Mar 26 Oct - 15:59

Bonsoir Bill,

Bien entendu que je vais laisser ces photos. Au contraire, cela permet de mieux illustrer, c'est justement ce qui me manquait.

J'aurai d'autres illustrations à apporter, mais sous forme vidéo, dès que je serai rentré sur Cahors, et que j'aurai fait le montage... Il faudra bien attendre fin de semaine prochaine.

En attendant, je retiens avec plaisir ta proposition de fêter cela à Cahors, tous ensemble, vous me raconterez comment vous vous l'avez vécu... Ce sera avec plaisir que je partagerai un pot avec vous tous. Week-end du 13/14 novembre ?

Encore merci pour toutes ces références sur l'information entourant cette course.

a+

sam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/samuelpetit23/
Bill

avatar

Messages : 3831
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Mar 26 Oct - 16:56

SamuelPETIT a écrit:
Week-end du 13/14 novembre ?
Ben pourquoi pas ? Et plus les fous seront nombreux, plus ça devrait être marrant ! jocolor

Je propose que Jean-Paul nous organise un p'tit truc de ouf justement...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
j-paul

avatar

Messages : 124
Date d'inscription : 28/04/2009

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Mar 26 Oct - 19:59

Retrouver Samuel le WE du 13 autour d'un verre, pas de problème.
Je pense qu'on pourrait y retrouver bon nombre de coureurs locaux qui ont réalisé tant d'exploits ces derniers temps sur les différentes courses proposées, ainsi que notre animateur vedette du forum Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chantal



Messages : 253
Date d'inscription : 22/03/2010
Age : 48
Localisation : Labastide-Marnhac

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Mer 27 Oct - 8:32

Le récit de ton aventure, les photos et les vidéos... c'est grandiose ! Mais on mesure aussi à quel point cette course est difficile et exigente.
Les paysages sont magnifiques mais semblent tellement inaccessibles sur certaines images.

Ton CR est super détaillé dans les conditions de course comme dans les émotions et vraiment génial à lire (je l'ai lu deux fois et c'est pas fini Wink ).

SamuelPETIT a écrit:
En attendant, je retiens avec plaisir ta proposition de fêter cela à Cahors, tous ensemble, vous me raconterez comment vous vous l'avez vécu... Ce sera avec plaisir que je partagerai un pot avec vous tous. Week-end du 13/14 novembre ?
Disponible Very Happy

En attendant, bon retour en métropole et bonne récupération.
Je prépare mes questions pour l'interview Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SamuelPETIT

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 13/06/2010
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Jeu 4 Nov - 17:46

Bonjour à tous,

Voici enfin mes vidéos de la Diagonale (en trois parties). J'espère que ce sera fidèle à ce que j'ai vécu !

Début de course : http://www.youtube.com/watch?v=F7xgSYScYRs



Milieu de course : http://www.youtube.com/watch?v=mdDRIqn9NkA



Fin de course : http://www.youtube.com/watch?v=lpiFw2YnpP4


Sportivement,

Sam


Dernière édition par SamuelPETIT le Jeu 4 Nov - 20:05, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/samuelpetit23/
Bill

avatar

Messages : 3831
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Jeu 4 Nov - 18:25

Superbes images Sam qui donnent bien une idée de l'ampleur de la tâche à accomplir ! En plus d'un bon coureur, Samuel est un vidéaste averti ! Un athlète complet quoi cheers

On a presque l'impression qu'un cameraman te suivait pas-à-pas Smile D'ailleurs c'est vrai, pourquoi on ne le voit jamais sur les images lui ? clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SamuelPETIT

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 13/06/2010
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Jeu 4 Nov - 19:59

Merci... Il faut dire que j'ai dû m'entrainer pour réussir à filmer... et commenter.... Pas facile au premier abord !

Ça y est, les 3 vidéos sont en ligne (ci-dessus), notamment la dernière qui retrace les derniers km, l'arrivée, et les plus belles images de l'île vu du ciel !

J'espère que ça vous plaira.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/samuelpetit23/
Bill

avatar

Messages : 3831
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Lun 8 Nov - 17:24

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SamuelPETIT

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 13/06/2010
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Ven 12 Nov - 8:02

Super compte-rendu trouvé sur le forum de la Diagonale, avec photos et tracé 3D... On se rend encore mieux compte de la beauté du parcours !

http://cbarbier59.free.fr/index.php?page=cap/cr/grr/cr2010.php


PS : Bill, après avoir copier/coller mon CR sur leur forum je me suis aperçu que tu avais déjà fait un lien... Merci avec un peu de retard !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://sites.google.com/site/samuelpetit23/
Bill

avatar

Messages : 3831
Date d'inscription : 14/06/2009
Localisation : Cahors

MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   Ven 12 Nov - 8:26

On peut aussi citer le récit de Kilian Jornet sur son blog (avec la vidéo du résumé de sa course) :

http://www.kilianjornet.cat/es/blog/saison-de-follie

Kilian Jornet a écrit:
Une saison clôturée avec la course la plus magique que j'ai jamais courue, une saison pleine de rencontres, de voyages, de belles aventures mais aussi de belles courses et belles performances. Donc pas meilleure forme que de garder les baskets jusqu'à mai dans l'ile paradisiaque du trail !

Maintenant, les baskets bien gardés au placard, c'est le temps de les échanger pour les skis, et en rentrant en métropole, rien de mieux nous attend que la neige sur les sommets !


(edit Bill : j'ai corrigé quelques fautes d'orthographes du catalan)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Diagonale des Fous (La Réunion)   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Diagonale des Fous (La Réunion)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Diagonale des fous.
» Suvre en direct "la Diagonale des Fous"
» DADOU a Diagonale des Fous ...
» Poucet sur la diagonale des Fous
» Diagonale des fous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Cause! sur Cours et CAUSSE Toujours :: Zone de libre échange!!! :: Courses hors département-
Sauter vers: